Motif à célébrer:

La protection des photographies NON-Individuelles A définitivement Bien réussi!

Fin janvier, le Groupe de travail sur la protection des photographies non-individuelles (Arbeitsgruppe Lichtbildschutz) a invité à un apéritif riche au Forum du Kornhaus à Berne pour célébrer le succès obtenu au cours d’une longue et persistante période d’engagement dans l’inclusion de la protection des photographies dans la révision de la loi sur le droit d’auteur. Une foule bigarrée d’assistants et de compagnons d’armes était apparue pour se joindre à la célébration de la victoire. Maintenant que le référendum lancé par le Parti Pirate contre la révision de la LDA adoptée lors de la session d’automne ne s’est pas concrétisé, la dernière pierre d’achoppement possible a également été levée : grâce à la protection légale des photographies, il est enfin clair en Suisse aussi que les photographies ne peuvent plus être simplement utilisées et revendues sans qu’on le demande. La protection des photographies garantit à tous les créateurs d’images – qu’ils soient professionnels ou amateurs – le respect de leur travail qui s’est de plus en plus perdu avec la numérisation et la mentalité de libre-service. La loi révisée doit être introduite en avril 2020.

Après avoir souhaité la bienvenue aux heureux participants, Christoph Schütz, l’initiateur et le responsable du Groupe de travail sur la protection des photographies non-individuelles des associations SBF, USPP, vfg, SAB, impressum et Syndicom, a décrit dans un bref rappel l’engagement constant et infatigable de cette importante cause au cours des sept dernières années. Il a remercié tous ceux qui ont contribué à ce succès : son compagnon d’armes Beat Ernst du SBF pour son soutien actif, les associations de l’industrie de l’image pour leurs contributions, les photographes qui ont manifesté pour la protection des images non-individuelles tôt le matin avant le vote au Conseil national et les députés qui ont soutenu la cause.

L’orateur suivant était Beat Flach, membre de la commission des affaires juridiques du Conseil national, qui a parlé de la révision de la LDA du point de vue de l’homme politique concerné. La protection des photographies n’était que l’une des nombreuses préoccupations de la révision. M. Flach a été impressionné par la persistance sérieuse et décente avec laquelle Christoph Schütz a fait pression sur les parlementaires pour la protection des images.

Philip Kübler, directeur de Pro Litteris, a expliqué dans son discours comment Pro Litteris, après avoir initialement rejeté la demande, a changé d’avis grâce à de nombreuses discussions avec Christoph Schütz et accepte maintenant aussi la protection des photos.

Un interlude humoristique imaginatif sur le sujet a apporté de l’amusement au public heureux. Christoph Meili, l’agent de sécurité chargé des dossiers de l’UBS, était également présent sous forme de figurine en carton. C’était lui qui a évité que ces dossiers ne soient déchiquetés et a ainsi donné le ton au traitement des comptes dormants. Et la photographe Gisela Blau, qui a pris la célèbre photo, jugée indigne de protection par la Cour suprême fédérale, s’est réjouie que sa célèbre photo soit également protégée à l’avenir.

La soirée s’est terminée dans la bonne humeur autour de l’apéro riche.

La SAB tient à remercier le Groupe de travail pour la protection des photographies (Arbeitsgruppe Lichtbildschutz) – et en particulier sa locomotive Christoph Schütz – pour leur très grand engagement en faveur de cette importante cause. Parfait que le sujet ait valu la peine de rester à l’écoute !

Photo: Christoph Schütz

En haut: Christoph Schütz (dr) et Beat Ernst avec figurine cartonné du Gardien Christoph Meili
Photo: Severin Nowacki